AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
N'hésitez pas à poster dans le foood.
Partie ouverte à tout le mooooonde.

Partagez | 
 

 either you like bacon or you're wrong + connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité


MessageSujet: either you like bacon or you're wrong + connor   Dim 27 Nov - 13:51

there a vastness here and i believe that the people who are born here breathe that vastness into their soul. they dream big dreams and think big thoughts, because there is nothing to hem them in. Les bureaux de l’agence commerciale se trouvaient à des kilomètres de l’Upper Bay. Pourtant, le vent frais de l’Atlantique traversait la moitié de l’île afin de s’engouffrer dans les longues promenades de la ville. Je me tournais vers Park Avenue et ses magasins luxueux. Les vitrines étouffaient les pensées. La beauté était artificielle dans la rue. New York était composée de fantasmes et d’abus. Il y avait trop de couleurs. Trop de faux semblants. Le paysage était las, couvert de gris et de goudron. Je me redressais en me perdant dans la foule. Les silhouettes étaient nombreuses. Elles s’articulaient autour des terrasses comme des têtes d’épingles. Je me renfrognais dans mon manteau. Je n’étais pas habitué à ces dynamiques – aux tourbillons de poussières qui s’élevaient vers les pancartes lumineuses. Les vacarmes du trafic bourdonnaient dans ma tête. Je voulais hurler, leur dire de s’arrêter au prochain stop. Il suffisait d’un seconde pour apprécier les fluctuations des branches sur l’allée, pour observer les récifs de fleurs qui sublimaient les jardins. J’étais entouré de robots. Le siège des Big four se dressait au milieu des gratte-ciel, imposant sa magnificence architecturale et l’éclat argenté du verre. Je m’évadais près des magasins de Sony. Les prix étaient exorbitants. Impossible de poser la main sur un instrument, d’en apprécier la texture métallique. Pas étonnant que les sons soient devenus aussi électroniques à la rasio. Les gens étaient grands, riches et pressés. Mais leurs expressions semblaient fades, dénudées de caractère. J’avais des cernes et des cicatrices. Une apparence rustique qui trahissait mes journées de dur labeur dans les vignes. Mes mains étaient rugueuses car les épines des grappes avaient transpercé ma chair. Personne ne ressentait la simplicité d’une promenade à la campagne. L’odeur boueuse de l’herbe et les senteurs des étables de chevaux. Je crispais la mâchoire en m’appuyant contre la rampe. Connor avait promis de me rejoindre dans un salon de thé à Manhattan - Le meilleur Cheesecake du pays ! Mais je préférais les saveurs du terroir. Les épices ronces des fromages de chèvre et du lait fermenté. Je grognais en pinçant les lèvres. Je voulais fumer, mais je me retenais par respect aux plantes agonisantes sous les nuages de pollution. J’observais les alentours, le cœur hagard et tourmenté. Encore une fois, j’imaginais les courbes de Gisele au milieu des belles dames. Elle se pavanait sous les plis de la dentelle, la peau parfumée par une eau de parfum de grande maison. Je ne savais même pas prononcer les noms de ces marques. J’ignorais tout de son univers ou des raisons qui l’avaient poussé à abandonner nos promesses. La danse valait milles amours. Je descendis la main sur ma poitrine. Mes doigts effleuraient les sillons de ma cicatrice. J’étais ébloui par l’effervescence. Il y avait une force mystérieuse qui me ramenait au Texas – vers les souvenirs du marché de province. Je me voyais sur la véranda, un verre de vin à la main, un cigare à la bouche, observant le coucher du soleil sur la clairière de Llano. Connor se demandait pourquoi, je m’obstinais à refuser les offres des contractuels. Mais il ne s’agissait pas d’une simple entreprise. Ma réputation me tenait à cœur. Et j’avais le cœur malade.
Je me tournais pour découvrir la démarche assuré du jeune homme. Je souris – heureux de retrouver un visage familier. Je tendis le bras fin de lui serrer la pince, puis j’ajustais mon chapeau de paille sur ma tête. «Hey man. Tu penses ils font des cheesecake au bacon dans ta pâtisserie ? J’ai une envie d’salé. On est pas fachos au Texas. » Déclarai-je en m’avançant vers l’entrée de l’établissement.
Ma demande me semblait parfaitement logique.
S’il y avait du fromage.
Il y avait du Bacon.




Revenir en haut Aller en bas
 

either you like bacon or you're wrong + connor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [1616] Right way to do Wrong.
» what's wrong with a little chaos ?
» Tha fallacy of economics orthodoxy
» Quiz Mariés 2 enfants --- EN COURS ---
» Hunter Cal Blaire - The right kind of wrong

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
dear, new-york. :: UPPER WEST SIDE-